Rejoignez Sud Education ou Sud Recherche EPST !

Accueil > Infos UPS et ailleurs > loi Fioraso et université(s) de Toulouse > Censure confirmée à l’UPS

Censure confirmée à l’UPS

jeudi 22 mai 2014

Suite au refus d’autoriser la projection d’un diaporama lors de l’AG du 20 mars et à la lettre intersyndicale en demandant la raison, la réponse de la présidence de l’UT3 (texte complet en fichier joint) a le mérite de la clarté : "Juste avant la réunion, vous m’avez demandé de présenter un diaporama que vous ne m’aviez pas transmis au préalable. Or, comme je vous l’ai dit directement, j’ai pour principe de ne pas diffuser de diaporama sans l’avoir visionné auparavant." Comme cela est rappelé dans la réponse (ci-dessous et en fichier joint), la présidence de l’UT3 semble avoir oublié que ce diaporama avait été évoqué dans un échange de courriers… Tout cela laisse perplexe et ce recours revendiqué à la censure témoigne d’une surprenante conception du dialogue et du débat.

==================================================

Toulouse, le 20 mai 2014

Monsieur Bertrand Monthubert

Président de l’Université Paul Sabatier

Monsieur le Président,

Nous tenons à répondre à votre courrier du 26 avril 2014, faisant suite à notre interpellation du 14 avril.

Premièrement, sur la forme, votre réponse est adressée à un seul d’entre nous, alors que notre sollicitation émanait de trois organisations de représentants de salariés de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CGT, FSU, Solidaires). Notre lettre résultait d’une démarche collective, autour de questionnements qui concernent l’ensemble des agents des universités et des établissements de recherche toulousains, et votre réponse individualisée tend à détourner le débat, comme si vous vouliez le réduire à un conflit de personnes (aussi inexistant qu’inintéressant) pour mieux ignorer le fond de notre démarche. Curieuse approche des relations sociales…

Deuxièmement, sur le fond, vous vous prévalez d’une démarche de concertation dans l’élaboration du projet fédéral. Nous savons bien entendu l’existence du comité de concertation et de groupes de travail au niveau du site mais aucun compte-rendu ne témoigne d’une véritable discussion sur les avantages/inconvénients comparés entre, par exemple, la fédération et la confédération. Vous affirmez également que cela a été discuté en CA de l’UPS mais le compte-rendu de la séance extraordinaire du 17 mars, consacrée précisément à ces questions, nous semble plutôt confirmer que l’alternative représentée par le mode confédéral n’a pas été vraiment envisagée. La « discussion » que vous mentionnez également lors de la réunion des CA semble malheureusement confirmer que vous prenez prétexte des rares occasions où certains d’entre nous arrivent à émettre une opinion contraire à celle que vous prônez pour alléguer un débat quand ces interventions vite refermées ne font qu’en traduire l’absence ! Curieuse approche du dialogue...

Si nous insistons, c’est uniquement pour la conviction que la question du choix de regroupement posée à chaque établissement est d’une extrême importance. Comme nous le dénonçons depuis de nombreux mois, seule la COMUE est mise en avant, comme si elle était déjà actée, comme si elle était inéluctable. Se limiter à discuter autour d’une seule solution relève d’une surprenante conception de la concertation.

Quelques échanges ne peuvent pas faire office d’une réflexion approfondie sur la nécessité d’ajouter une couche administrative supplémentaire à un système qui pâtit déjà d’un excès de bureaucratie. Ils ne répondent toujours pas à cette simple question : quelles sont les possibilités que la fédération rend possible et que la confédération interdit ? (nous n’en avons entendu aucune lors de votre présentation du 20 mars). IIs évitent de répondre à cette question qui réside au fondement de l’alternative proposée : pourquoi les établissements devraient-ils préférer transférer leurs compétences (principe de la fédération) plutôt que de les partager (principe de le confédération) ?

Enfin, pour revenir à votre réponse et à la réunion des personnels du 20 mars, vous indiquez ne pas avoir pour principe de diffuser des documents sur lesquels vous n’auriez pas pu avoir un regard. Nous sommes bien désolés de vous dire qu’une telle méthode illustre exactement la définition du mot « censure », telle que définie dans tout bon dictionnaire. Nous restons abasourdis par la mise en place de cette censure, tellement aux antipodes des principes de collégialité ; nous ne pouvions pas imaginer que ceux-ci soient à ce point oubliés, notamment de la part d’une équipe de direction qui avait profité d’un large support syndical lors de son élection.

Par ailleurs, cette désagréable surprise passée, nous tenons à vous rappeler que, dans le courriel du 16 mars, nous avions très clairement mentionné le diaporama dans notre demande d’intervention et que votre réponse positive à notre demande, par un courriel le 18 mars, ne mentionnait aucun souhait de votre part d’avoir connaissance, avant la réunion, du diaporama qu’on souhaitait diffuser. Votre argumentation est d’autant plus incompréhensible.

Nous pensons, qu’au-delà des divergences d’appréciation sur les choix à opérer et sur l’avenir des établissements d’ESR toulousains, sérénité et honnêteté dans l’échange d’arguments doivent être garantis dans les processus de concertation. Le débat, forme pratique de la vie démocratique dont l’Université s’est souvent prévalue dans le passé, nécessite la confrontation de points de vue opposés dans le respect des uns et des autres. Nous constatons que ces derniers mois, toutes les conditions n’ont pas été réunies pour qu’il en soit ainsi, mais nous ne désespérons pas d’une réelle amélioration.

C’est cette volonté qui anime notre engagement depuis le début, et que nous garderons à l’esprit dans le futur, dans l’intérêt des agents concernés.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments respectueux.

Section locale « Université Paul Sabatier » Sud Education,
Section Toulouse de Sud Recherche EPST,

Copie à :
SNTRS CGT Toulouse
Ferc Sup CGT Paul Sabatier
SNCS FSU Toulouse

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.