Rejoignez Sud Education ou Sud Recherche EPST !

Accueil > Infos UPS et ailleurs > Idex > Université de Toulouse : les positions de Sud Education et Sud Recherche UPS (...)

Université de Toulouse : les positions de Sud Education et Sud Recherche UPS sur le processus de concertation

mercredi 20 juin 2012

Un processus de révision de l’Idex UNITI (cf. http://www.solidaires-ups.org/spip....) a été engagé au niveau du PRES : mise en place d’un comité de pilotage (déjà fait) puis de groupes de travail (à venir). Certains déclarent que UNITI est mort mais nous attendons toujours de recevoir un faire-part officiel de décès. Alors que la convention de préfinancement aurait été signée début mai, à ce jour, aucune confirmation officielle de cette information n’a été diffusée. La confusion et l’opacité restent donc les caractéristiques majeures de ce dossier qui engage pourtant la politique ESR sur la site toulousain pour les dix années à venir (et, du coup, pour beaucoup plus longtemps...). Dans le texte ci-dessous, Sud Recherche UPS et Sud Education UPS disent leur position sur cette question. Ce texte vient en réponse à une demande de la direction de l’UPS auprès des organisations syndicales.

**************************************

Suite à la demande de la présidence de l’UPS, le 16 mai 2012 : « Je vous sollicite donc afin que vous établissiez vos éléments d’analyse du projet « université de Toulouse », qui seront transmis aux membres du comité de pilotage. » :

Position de Sud Recherche et Sud Education, UPS à propos du projet d’université de Toulouse

Tout d’abord, pour nous, il y a quatre pré-requis à toute concertation sur ce que pourrait être l’université de Toulouse (UT) :

  • La concertation proposée dans le but de construire l’Université de Toulouse (UT) passe par l’abandon définitif de l’idex (et pas seulement de UNITI). Cela concerne la « philosophie » sous-jacente au projet (l’UT ne peut pas se construire sur la base de principes d’exclusion et de mise en compétition locale ou nationale) mais aussi son financement, à savoir : le projet d’une UT ne peut se faire que sur la base d’une politique nationale publique de soutien aux formations et aux laboratoires par des financements pérennes.
  • Les étudiants doivent être associés au projet. Cela passe par une information au plus grand nombre sous des formes à préciser qu’il faudra mettre en place dès la prochaine rentrée de septembre.
  • Le calendrier doit être compatible avec la possibilité d’une réelle concertation de tous les personnels et étudiants. En particulier, une concertation avec des groupes de travail qui se réuniraient durant les mois de juillet et août ne remplit pas ces conditions. La discussion doit s’insérer dans les états-généraux annoncés au niveau local comme au niveau national ; elle ne peut pas se faire à la va-vite, elle demande du temps.
  • La définition des objectifs et de la mission de l’UT doit être un préalable à la discussion des moyens à mettre en oeuvre pour y parvenir (gouvernance, financements, ...).

Nos exigences concernant ce que pourrait être le fonctionnement de l’UT sont les suivantes :

Université de Toulouse : L’UT doit se cantonner en premier lieu à la cohabilitation de diplômes, à la mutualisation de parcours pour les étudiants, à la coordination entre composantes pour améliorer les conditions de vie et d’études des étudiants, à la coordination des relations internationales. Il n’est donc pas nécessaire de tout chambouler. Le PRES (si ça doit être lui) doit évoluer vers une structure qui facilite les échanges et les coopérations (mais ne les décrète pas) ; structure "souple" qui émane des établissements (au lieu d’une structure autoritaire constituée "d’experts"). Ceci dit, la question de l’existence d’une entité UT autonome ne va pas de soi ; le PRES vient de montrer comment à partir de rien, il entendait s’occuper de tout et gérer tout, y compris contre l’avis des personnels.

Gouvernance : Pas de "méta - université", ni de grand établissement. Chaque composante reste son propre "maître à bord" en termes de budget et de recrutement. Pas de gouvernance centralisée qui ne pourra créer qu’une couche administrative supplémentaire, encore plus déconnectée de la réalité et qui ne pourra pas simplifier le fonctionnement au quotidien ; on voit déjà les difficultés de la FSI qui ne gère que 10000 étudiants sur les 94000 concernés par UT.

Financements  : Pas de création de fondation qui relève du droit privé mais des financements publics qui continuent à être gérés établissement par établissement. Le principe de base est de renforcer le soutien aux laboratoires, majoritairement sous forme de crédits récurrents. Pas de nouveaux financements sur appels à projets qui sont globalement plus coûteux à mettre en oeuvre et qui développent la précarité.

Emplois : Sachant les difficultés financières à venir, les chaires sont à proscrire. Pour une politique sur le long terme, Il faut privilégier les emplois stables : pas de "tenure tracks", il faut remplacer les CDD par des emplois de titulaires. Au lieu d’agiter la perspective de supprimer des doublons, Il faut chercher à stabiliser les personnels des services au plus près des laboratoires et des enseignants.

Enfin, pas de pacte, de périmètre d’excellence ou de filière étoilée. De plus, UT3 doit porter "officiellement", lors des assises nationales, la volonté claire de voir réaffectées vers toutes les structures existantes les sommes qui seraient disponibles via le grand emprunt, sur la base d’une politique nationale publique de distribution égalitaire (bref, on abandonne la logique du concours instaurée par la course à "l’excellence" et on renonce au "privilège" d’en avoir été lauréat).

Pour en savoir plus sur la provenance de l’argent du grand emprunt, ce mécanisme qui consiste à "transformer des crédits budgétaires récurrents en crédits d’intervention ciblés ", voir : Le grand emprunt pour les nuls http://sauvonslarecherche.fr/spip.p....

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.