Rejoignez Sud Education ou Sud Recherche EPST !

Accueil > Infos UPS et ailleurs > Lettre du comité de mobilisation des personnels de l’UPS au président de (...)

Lettre du comité de mobilisation des personnels de l’UPS au président de l’université

lundi 10 octobre 2016

Lettre adressée par le Comité de mobilisation des personnels de l’UPS au président de l’université en réaction au message d’invitation à une journée dédiée à la "responsabilité sociale et sociétale de l’université" (sic), message électronique que tous les personnels ont reçu fin septembre (et que vous pouvez retrouver en fichier joint) :

Monsieur le président,

Vous avez adressé à l’ensemble des personnels une lettre d’invitation - à la journée RSU, Rencontre Responsabilité Sociale et sociétale de l’Université - dont les termes mêmes nous ont beaucoup surpris, voire choqués, tellement ils sont en décalage, quand ce n’est pas en opposition, avec la réalité.

« C’est un lieu commun de dire que nous n’habitons plus, depuis longtemps sans doute, dans une tour d’ivoire. »

Monsieur le président, il faut être bien déconnecté de la réalité ou dépourvu de toute vergogne pour oser évoquer l’idée d’une « tour d’ivoire », ce lieu réservé aux arrogants, à ceux qui ignorent ce qu’est le quotidien pour la grande majorité. Il semble nécessaire que nous vous en informions : les personnels de l’université Paul Sabatier ont compris depuis bien longtemps qu’ils ne seraient pas épargnés par la logique destructrice des réformes qui s’enchainent depuis plusieurs années et que vous accompagnez avec tant de zèle.

« Dans tous les cas, il s’agit d’adopter une autre façon de voir les choses, d’appréhender une autre forme de réalité dans nos amphis et dans nos labos, avec nos étudiant•e•s et nos chercheur•e•s. »

Monsieur le président, s’agit-il de votre part d’un pur exercice de rhétorique totalement creuse, apanage des « communiquants », abandonnant les idées à la simple juxtaposition de mots et oubliant que les mots peuvent garder du sens pour ceux qui les prennent pour ce qu’ils veulent dire ? Ou s’agit-il tout simplement de provocation ? Nous comprenons bien que vous préfériez vous réfugier dans la chimère d’ « une autre réalité », afin de ne pas regarder en face la simple réalité, celle qui constitue notre quotidien à tous (ou presque..., visiblement), que l’on soit travailleur•euse salarié•e de l’université ou étudiant•e :

- non remplacement de CDD

- non ouverture de deux centaines de postes aux concours

- avancements bloqués

- mutations bloquées

- coupes budgétaires sur l’offre documentaire : périodiques électroniques, bases de données, manuels...

- contraintes budgétaires qui entrainent la réduction de l’offre de formation par dizaine de milliers d’heures, la suppression d’enseignements, le non accès à l’université pour certain•e•s bachelier•ère•s générant une dévalorisation des enseignements et des diplômes.

- amphis et salles délabrés et sous-équipés

- une rentrée 2016 qui bat tous les records d’inorganisation par manque de moyens : cours sans salle, salles sans cours, formation sans secrétaire, secrétaire sans formation, … ; l’innovation pédagogique bat son plein !!!

Alors, prendre un « peu de temps pour voir, écouter, comprendre le monde où nous vivons.  » ?

Volontiers ! Voilà des mois que nous vous y invitons.

« à notre vocation essentielle, formation et recherche, s’ajoutent d’autres missions, sociales et sociétales, aussi importantes. »

Monsieur le président, la première des responsabilités universitales n’est-elle pas de se donner les moyens d’accueillir tous les étudiant•e•s dans des conditions simplement correctes et de donner à tous les personnels les moyens d’effectuer leurs missions ?

La responsabilité universitale d’une équipe présidentielle n’est-elle pas de faire valoir que c’est uniquement au travail de tous les personnels et à la présence de tou•te•s les étudiant•e•s que l’université doit son développement, et donc de soutenir ses personnels ?

Plutôt que d’offrir sur un plateau le délabrement programmé de notre université, il est de votre responsabilité d’obtenir du ministère les moyens dont le service public a besoin.

« La Rencontre RSU à laquelle je vous convie peut aussi être vécue comme une respiration. »

Monsieur le président, il faut être nourri d’un cynisme sans limite pour oser parler de respiration quand l’asphyxie progressive est le seul horizon proposé.

Toulouse, le 10 octobre 2016

Le Comité de mobilisation des personnels de l’UPS

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.